Atelier de Noël – 3

Cartes de voeux – gravure sur gomme

Les plaques de gomme et les gouges se trouvent en magasins spécialisés dans les Beaux-Arts : Rougier et Plé, le Géant des Beaux arts ou encore Boesner.

La gravure sur gomme, on peut l’utiliser sur du papier, du tissu ou encore, comme ici, en empreinte sur de l’argile. Je n’ai pas essayé sur la pâte fimo ou sur de la pâte à modeler mais je pense que ça marche de la même façon que pour l’argile.

Pour réaliser votre dessin, prenez une feuille de calque. Réalisez votre dessin. Prenez ensuite votre plaque de gomme et déposez votre dessin sur la plaque. Votre dessin est inversé et c’est normal. Parce que pour retrouver votre dessin imprimé à l’endroit sur votre feuille, c’est logique qu’il soit à l’envers sur votre plaque de gomme.

Petits détails pour la gravure :  faites attention, en creusant ses sillons, de ne pas vous enfoncer la gouge dans le doigt. Les gouges sont aussi coupantes que les cutters. Et puis une deuxième remarque, tout dérapage de la gouge est fatal. Donc pour ceux qui veulent tenter l’aventure de la gravure, commencer par de petits dessins très simples, sans trop de détails.

gravure sur gomme

Coupelles à bijoux  – L’argile auto-durcissante

C’était l’objet de l’atelier de Noël – 1. Voici le résultat en image, avec justement les empreintes de mes petits travaux de gravure.

Pour faire une coupelle,  étalez l’argile à l’aide d’un rouleau à pâtisserie. Prenez un bol que vous renversez sur votre bloc d’argile aplati. Découpez l’excédent d’argile tout autour du bol à l’aide d’un cutter.

Prenez ensuite votre tampon pour réaliser l’empreinte. Et enfin, afin que votre petite coupelle ressemble à une coupelle, déposez-là délicatement sur le bol renversé en appuyant sur le bol pour que la coupelle prenne la forme du fond du bol.

Attention, l’empreinte est côté bol. Une heure après, détachez, toujours délicatement, votre coupelle en argile du bol et laissez sécher. Si vous le souhaitez, peignez et vernissez votre coupelle. Mais l’argile à l’état brut, c’est pas mal aussi.

argile

Atelier de Noël – 2

Point d’objet en porcelaine froide dans cet article. J’ai bien essayé mais, à l’évidence, il me faudra un peu plus de pratique dans la préparation de la pâte. La mienne, en séchant, se fendille. Je crois que j’ai trop fait chauffer mon mélange ou alors ma colle vinylique n’est pas assez forte. Ce sera pour une autre fois.

Pour chasser ma frustration, j’ai fabriqué des petites bougies. A part la cire achetée dans le commerce, j’ai récupéré des bocaux à bonbons, et, au fond d’une boîte, quelques fils de raphia et un petit bout de dentelle autocollante.

Au fur et à mesure que je coulais la cire dans le bocal, j’ajoutai quelques gouttes d’huiles essentielles mais aussi des feuilles de menthe, du thym, du romarin. Dommage que la cire ne soit pas transparente : on aurait vu les feuilles flotter dans le bocal. L’effet n’en aurait été que plus… angélique !

DSC_7650-2.jpg

Atelier de Noël – 1

Noël approche à grands pas et c’est le moment de ressortir cutters, gouges, tampons, rouleaux et moules, pour les mille et uns petits cadeaux de fin d’année.

Aujourd’hui, des cendriers, des coupelles et des porte-savons avec cette argile magique, qui sèche à l’air, toute seule et en 24 h.

Demain, des broches en porcelaine froide. Je ne connais rien à cette technique et ça va sûrement être passionnant.

Jusqu’à jeudi, une série de photos des travaux en cours. Et dimanche prochain, en images, toutes les réalisations de la semaine.

Bonne semaine !