De retour de Cuba (suite)

« Le Malecon » ou front de mer de la Havane. C’est drôle, en me baladant sur ce quai, je n’arrêtais pas de penser aux livres de Le Clezio, surtout Rondes et Autres faits d’hiver et Le Procès Verbal qui se situent à Nice. Il y a des lieux, comme ça, dont l’eau, le large sont universels.

Mais chez Le Clezio pas de touristes ravis de jouer les stars dans de vieilles américaines.

Retour dans le quartier populaire de la Havane où tous les enfants jouent dehors, où chats et chiens se baladent sur les crêtes des murs des bâtisses effondrées (certaines font penser à Beyrouth après un bombardement) où l’on peut acheter un évier ou des toilettes neuves dans la rue, où les vieux regardent passer leurs dernières années sur leur seuil. Ici, tout est assez simple, immédiat, essentiel.

L’été sous l’eau

J’avais envie de vous envoyer quelque chose d’un peu plus abouti que mes derniers brouillons d’aquarelle ce soir, une sensation de fraîcheur sur votre peau brulée de soleil si vous avez eu la chance aujourd’hui de traîner dans un parc ou au bord d’une piscine. Such a big sun, isn’t it ?