Passé la vague…

Le casting des Fabuleuses Grassouillettes commence à se mettre en place.

Parmi toutes celles qui sont encore en jachère, encore prisonnières des limbes, en voici déjà trois.

A gauche, la blonde Ophélie, au centre, la sombre Pétronille, et à droite, la ronde Appolline.

Après les providentielles vagues de la matinée, une petite pinte de whiskey, ajoutée au café, ne fera pas de mal à mes épiques sexagénaires.

Que de gris !

Je tente une colorisation avec des crayons de couleur mais, une fois le dessin numérisé, le résultat est assez pourri. Ce pourquoi, ici, une échelle de gris. J’ai rencontré la même difficulté en scannant des aquarelles.