La surface du lac

La surface du lac, gris ardoise, avait une lueur énigmatique. Il régnait un tel calme ici, un calme si épais qu’il compressait les tympans. Il ne neigeait pas mais le ciel était opalescent et cette monochromie donnait le vertige.
Les lacs creusent-ils partout dans les âmes un appel à la fosse ? se demanda Ben.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s