A l’instant même où elle éteignit la dernière lampe

A l’instant même où elle éteignit la dernière lampe, la lune disparut ou plutôt se noya dans les ténèbres. Une pluie violente et subite, venue dont ne sait où, vint tambouriner sur les tuiles du toit et le plancher de la véranda. Rien, semblait-il, ne pouvait résister à ce déluge d’eau, à cette obscurité si profonde. Elle s’insinuait partout : entre les fentes des portes et des fenêtres, autour des stores et des rideaux ; elle jetait sa noirceur comme d’énormes nasses sur les meubles, les lits et les tapis ; elle engloutissait la moindre clarté, le moindre éclat, si ténus fussent-ils. On ne pouvait s’attendre à une nuit plus totale.
Un temps pour le diable, songea Harriet, en serrant le châle autour de ses épaules.

Jeudi 28 mai 2020

2 réflexions au sujet de « A l’instant même où elle éteignit la dernière lampe »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s