Depuis qu’Henry était tombé de l’échelle en réparant une gouttière

Depuis qu’Henry était tombé de l’échelle en réparant une gouttière, la vie d’Harriet s’était encore alentie. Mais maintenant que les disputes avec son mari à cause de l’entretien de la maison étaient closes, elle en venait presque à apprécier le papier peint défraîchi du salon, le miroir fêlé suspendu au-dessus de la desserte dans la cuisine, le service d’assiettes ébréchées du vieil oncle. Après tout, pensait-elle, les âmes des choses n’étaient pas bien différentes de celles des hommes. Altérées par l’usage du temps et la négligence de leurs propriétaires, elles n’en devenaient que plus touchantes. Ainsi, la vieille demeure évoluait de façon si agréable qu’Harriet en venait presque à oublier les poussées de cafard liées à la perte d’Henry, le silence des heures, son arthrite chronique et tous les autres petits maux quotidiens qui sont le lot du grand âge. La nuit venue, elle s’endormait, heureuse comme une chatte qui retrouve la douceur d’un oreiller interdit.

Jeudi 14 mai 2020

2 réflexions au sujet de « Depuis qu’Henry était tombé de l’échelle en réparant une gouttière »

Répondre à catherine DI GIORGIO Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s