Au plus profond de moi-même, j’ai toujours su que j’étais l’une ces indécrottables créatures

Au plus profond de moi-même, j’ai toujours su que j’étais l’une ces indécrottables créatures connues sous le nom de Parisiennes. Pourtant, ma présence dans cette cité est due plus au hasard qu’à un dessein délibéré : c’est ma destinée et non mon choix, et, aujourd’hui encore, je considère comme une grande faveur de vivre dans la plus belle capitale du monde. Non pas une mégapole maquillée de néons, de rivières de faux diamants qui s’allument en même temps à huit heures précises tous les soirs, de bulbes et de cages de verre aux vitres teintées plus froides que la mort, aux paravents de béton en guise de jardins publics, mais une ville simplement somptueuse et élégante, un peu froissée à l’aube mais totalement épanouie dans sa robe de soie à la tombée du jour et dont chaque pli s’anime pour une fête toujours un peu plus folle au fil des années.

Mercredi 29 avril 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s