Un matin, elle remarqua dans le miroir

Un matin, elle remarqua dans le miroir l’apparition de nouvelles rides qui altéraient ses traits. Les premières flétrissures sur son visage l’avaient laissée songeuse et désemparée. Cependant, aujourd’hui, elle en arrivait à penser que le foyer de cette déflagration n’était pas l’affaire de la jeunesse qui s’éloigne, mais des drames, des chagrins, l’absence d’amour ou de soutien qui nous rongeaient lentement, déployant leurs fissures comme un vase qui se fêle sans chuter.

Mercredi 27 avril 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s